Menu

Une Convention relative aux droits de l’enfant a été adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies le 20 novembre 1989.
Tous les pays du monde, sauf les Etats-Unis, l’ont maintenant signée.
 

Ce texte est destiné à codifier les droits élémentaires des enfants de 0 à 18 ans. Il oblige les Etats à adapter leurs lois nationales.


Les différentes catégories de droits

Les droits énoncés dans les 54 articles de la Convention peuvent être classés en cinq grandes catégories :

  • Les droits à la non-discrimination : tous les droits de l’enfant sont garantis, sans discrimination d’aucune sorte, quels que soient la race, la couleur de la peau, le sexe, la langue, la religion, les opinions politiques ou autres, l’origine social ou ethnique, les biens, les handicaps, le statut de naissance de l’enfant, de ses parents ou de ses tuteurs légaux :
  • Les droits à la survie : il s’agit du droit à la vie et du droit à la satisfaction de ses besoins élémentaires (p. ex. droit à un niveau de vie satisfaisant, à un logement, à la nourriture, aux soins médicaux) ;
  • Les droits au développement : il s’agit des droits qui permettent aux enfants d’accomplir au mieux leurs potentialités (p. ex. droit à l’éducation, droit au jeu et aux loisirs, aux activités culturelles, à l’accès à l’information, à la liberté de pensée) ;
  • Les droits à la protection : il s’agit des droits qui permettent aux enfants d’être protégés de toutes formes d’abus, de négligences et d’exploitations (p. ex. règles concernant le travail des enfants, droits à des soins spéciaux pour les enfants réfugiés, protection contre l’exploitation sexuelle, la torture et l’usage de drogues) ;
  • Les droits à la participation : il s’agit des droits permettant aux enfants de participer de façon active à la vie de leur communauté (p. ex. droit à la liberté d’expression, droit de donner son opinion sur les questions concernant sa propre vie, droit d’association).

Il est important de noter que la Convention souligne l’égalité et l’interdépendance de tous les droits. Autrement dit, il n’y a pas un droit qui est plus important qu’un autre.


Les 10 droits qui fondent l’action de Terre des hommes

Le droit d’avoir un nom et une nationalité
Le droit d’être protégé contre toute forme de discrimination en raison de sa race, de sa religion, de son origine ou de son sexe
Le droit à une alimentation suffisante et saine
Le droit de recevoir une éducation et une formation
Le droit à une famille et à un logement décent
Le droit aux loisirs et au repos
Le droit d’accéder à l’information, d’exprimer son avis et d’être entendu

Le droit d’être protégé contre toute forme de maltraitance, contre l’exploitation sexuelle, l’exploitation par le travail, ainsi que les trafics en tout genre

Le droit d’être soigné et de bénéficier de soins et de traitement adaptés à l’âge
Le droit à une protection spéciale pour les enfants réfugiés et handicapés

Dessins Copyright © Tdh / Helen Tilbury

Pour aller plus loin :

» À la découverte des droits de l’enfant

» Les 10 principaux droits de l'enfant

» Jeux